Connaître son deck en Modern, étude de cas d’Affinity et Spellskite

Par Jean-Christophe Morin

10665819_10202931559072040_5774616768321989998_nLorsque je choisis un deck pour un tournoi, je suis de ceux qui ressentent le besoin de comprendre le rôle des 75 cartes qui le composent. C’est d’ailleurs pourquoi je suis généralement rebuté par les guides de sideboard que les Pros concoctent à la suite d’un tournoi. Sur papier, voir +2 Keranos -2 Splinter Twin -1 Lightning Bolt ne m’indique pas grand chose quant à la philosophie derrière le changement de plan proposé. Dans le cas illustré, est-ce qu’on tente de passer à un rôle dans lequel le combo est toujours important? Ou bien tente-on de passer à un rôle plus control tout ayant une minime possibilité de combo? Il faut voir les différents rôles que le deck peut prendre et ajuster le rôle en fonction de son adversaire, des cartes que l’on voit, si on joue en premier ou si on pige, etc.

Hormis ce genre d’ambigüité, il est bien rare que les decks utilisent les mêmes 75 cartes et comprendre le rôle de chacune des cartes devient primordial. Par exemple, si un guide me dit systématiquement d’enlever tous les Dispel de mon deck Grixis contre Affinity, ça risque d’être une erreur fatale contre une version d’Affinity qui s’apparenterait à celle de Melissa De Tora jouant 4 Galvanic Blast et 4 Shrapnel Blast. J’adhère donc à l’idée qu’il faut comprendre le rôle de notre deck, mais aussi celui de notre adversaire immédiat lorsque vient le temps de sideboarder.

Spellskite MD dans Affinity?

spellskiteDans cette optique, j’ai tenté de comprendre en long et en large pourquoi toutes les listes d’Affinity s’étaient mises à jouer 2 Spellskite dans leur main deck. Je croyais jusque-là qu’Affinity tente de faire 20 dégâts à l’adversaire le plus rapidement possible. Cela me semblait être particulièrement vrai dans un format dans lequel les parties durent en moyenne 5 tours, avec des decks capables de gagner tour 2 ou tour 3. Le temps est une ressource précieuse et je me voyais mal passer un tour complet à mettre une 0/4 sur la table. Même les decks plus lents, comme Grixis Control, jouissaient d’un tour de plus parce que je passais le mien à poser un Spellskite.

Aujourd’hui, la veille du MDSS de Montréal, je vous dis avec conviction : jouez Spellskite dans votre maindeck.
J’ai sondé un grand nombre de joueurs pour savoir si Spellskite valait la peine dans le maindeck. Malgré que la carte soit excellente contre Twin (qui représente le pire matchup pour Affinity), excellente contre Boggles, dans le miroir (gestion MD de Ravager) et contre Infect, son rôle dans ce genre de partie me paraissait être d’abord défensif en contradiction avec ma vision d’Affinity qui étale sa main sur la table au tour 1 pour viser gagner au tour 3 ou 4. Considérant cet objectif, je ne voyais pas pourquoi je serais défensif. En bref, la plupart des gens me faisaient part d’informations dont j’étais déjà conscient. J’avais besoin d’une explication complète. Par contre, puisque je joue Control 90% du temps, j’avais, au final, seulement mal compris le rôle d’un deck agressif, et un utilisateur de Reddit a mis ce rôle en relief pour moi avec brio :

«À la base, Spellskite est une carte réactive. Instinctivement il serait donc erroné de l’inclure dans une stratégie proactive comme celle d’Affinity. Mais qu’en est-il lorsque cette carte, qui est d’emblée réactive, interagit de façon davantage proactive avec les cartes spécifiques d’un deck agressif? Par exemple, une créature 1/1, pouvant être sacrifiée pour contrecarrer un instant ou une sorcery à moins que son contrôleur paie 1 de mana de plus, n’est pas une carte agressive. Mais si cette créature est un merfolk, un nouveau rôle lui est assigné; elle est non seulement susceptible de devenir une 2/2 ou une 3/3 puisque les decks de merfolk disposent de Master of The Pearl Trident ou de Lord of The Atlantis, mais elle fait également office de garde-fou. Si tout ne va pas comme prévu dans le plan agressif du deck et que l’adversaire tente de jouer Anger of the Gods, Cursecatcher peut tenter de sauver la mise. Cette créature, qui, en son germe, est réactive, devient donc proactive dans ce deck bien précisément.»

Il en va donc de même pour Spellskite. Il protège les cartes les plus importantes de la stratégie, tel Steel Overseer, et sert également de chair à canon pour Arcbound Ravager ou d’artéfact supplémentaire ajouté au compte de Cranial Plating (ou même devenir une menace avec beaucoup de toughness en l’équipant). Ainsi, même s’il ne fait pas face à des situations dans lesquelles il est généralement utile, il s’avère être un décent partenaire de danse avec le reste des cartes du deck.

Conclusion

damageorpoisonÀ la lumière de ces réflexions, je vous encourage à faire deux choses. D’abord, connaitre le rôle précis de chaque carte de votre deck aide inévitablement à être mieux outillé lorsqu’il est question de sideboarder ou d’harmoniser sa liste avec la méta. Ensuite, jouez au moins une copie de Spellskite dans votre maindeck d’Affinity et au moins 2 copies dans le 75.

Affinity est un deck complet et résilient capable de gagner des guerres d’attrition avec ses manlands et ses topdecks incroyables de Cranial Plating sortis de nulle part. Affinity peut exploser et gagner tour 3, certes, mais ce n’est pas toujours son rôle. Et lorsque Spellskite est là pour protéger la menace que représente Cranial Plating ou s’assurer qu’on puisse tout sacrifier à Arcbound Ravager sachant qu’on a la protection de Spellskite, peu de choses peuvent empêcher Affinity de gagner.